Search
  • Tantracoeur

La nudité dans le tantra


Très souvent, lorsque l’on parle du tantra, les premières images qui viennent sont celles de personnes nues s’adonnant à des exercices, au mieux, d’échange d’énergie, au pire d’échangisme.

Oui, en stage Tantra, nous travaillons sur l’énergie sexuelle mais pas que.

Pour nous, un des objectifs du tantra est de se remettre au centre de sa vie, se réapproprier son énergie, l’image et l’estime de soi, retrouver le respect de soi-même et apaiser ses relations à l’autre.

Sur ce chemin, il est vrai qu’il nous semble essentiel de se réapproprier aussi son corps. Très souvent, on ne se soucie pas de son corps, on ne le regarde pas, pire même parfois, on le maltraite. On ne lui porte pas un regard bienveillant, alors que c’est notre meilleur ami, celui qui nous accompagne du premier au dernier jour de notre vie.

C’est pour cela que nous proposons dans nos stages des ateliers où la nudité est proposée. Mais il ne s’agit pas de “se mettre à poil”, en aucun cas. Il s’agit de retrouver le sacré de son propre corps. Pour cela, l’acte de se mettre nu est proposé dans de vrais rituels, des moments emplis de respect. Il est important de pouvoir dépasser ses complexes, ses peurs, ses hontes parfois même. Nous parlons souvent dans nos stages d’avoir une parole authentique avec les autres, alors retrouver aussi l’authenticité de son corps nous paraît essentiel.

Pourquoi certaines propositions en nudité sont-elles proposées au tantra ?

Nous avons fait le choix à Tantracoeur de proposer un tantra ou à chaque fois un espace de nudité est proposé et jamais imposé. Pourquoi ?

Parce que nous pensons que pour nous libérer de nos tabous, de nos peurs et jugements sur nous même, mais aussi des autres, de la morale parfois aussi, il est important de se mettre à nu tant physiquement, qu’émotionnellement par la parole.

Notre tantra qui est thérapeutique va donc permettre, en travaillant sur cette nudité physique, de nous confronter à notre corps et au corps de l’autre. Lorsque nous nous mettons à nu, tous ensemble, nous ne sommes plus qu’un seul corps. Et par ce dévoilement de soi, nous allons pouvoir entrer dans notre humanité et ouvrir notre cœur.

Alors oui, au début ce n’est pas facile, il y a de l’appréhension et des peurs, se mettre à nu n’est pas facile pour tout le monde et demande du courage et un dépassement de notre zone de confort, premiers pas vers un changement.

C’est oser montrer son corps aux autres mais aussi oser regarder le corps de l’autre dans tout ce qu’il nous dévoile. Nos cicatrices, nos complexes, parfois même déformations, handicaps ou opérations que nous avons subis, révèlent un peu de notre histoire que nous préfèrerions cacher, mais révèlent aussi tout un pan de notre humanité.

Et notre humanité et celle des autres est belle. Elle nous rapproche et c’est pour cela que lorsque nous allons nous dévêtir lors d’un rituel à chaque fois sacré, que dans ce moment, le temps est suspendu alors nous ne formons plus qu’un seul corps, un corps d’amour dans cette unicité qui nous relie.

Être nus, c’est aussi montrer ses parties génitales, comme ses seins, son sexe, et c’est donc entrer dans sa vulnérabilité, peut-être aussi dans ses émotions. Intégrer son sexe, cela peut être d’accepter, pour les personnes qui ont subi des abus et de la souffrance, d’oser aller vers la lumière de celui-ci et de dépasser ses blessures et ses rancœurs. C’est l’accepter comme partie intégrante de son corps et non plus comme un lieu qui pour certain a été souillé, intrusé. C’est changer sa propre image et le trouver beau, vivant et sacré. C’est apprendre aussi à le connaître dans son anatomie, le reconnaître pour ce qu’il peut aussi nous donner comme joie et plaisir.

Sortir du jugement

Pour les hommes sortir de leur peur d’avoir un sexe jugé souvent trop petit, qui ne correspond pas à son attente ou à l’attente suscitée par les images que l’on a du sexe, et que l’on doit beaucoup au porno. Pour les femmes, découvrir la beauté de leur sexe, de leurs odeurs, de leurs sécrétions, là où trop souvent la société y a induit de la honte, du sale, du vulgaire, et où, là aussi, l’image porno a maltraité et souillé.

Or la beauté de nos sexe vient du fait que comme notre beauté intérieure est unique, la beauté de nos sexes et de nos corps est tout aussi unique.

Et bien que cela puisse peut-être surprendre, nous constatons souvent comme il y a un changement réel de la manière que nous avons d’appréhender notre corps au bout de quelques stages. Comment ce geste d’ôter nos vêtements, en groupe et devant des inconnus nous permet de nous sentir plus libre, plus en adéquation avec notre corps et plus en amour avec nous-même au fil du temps. Et cet amour de nous-même, cette acceptation de qui nous sommes, même dans nos belles imperfections est un véritable pas d’amour pour nous et à de jolies répercussions dans notre vie de tous les jours.

Nous sommes très souvent émus de voir, lors de notre rituel de nudité, comment à chaque fois, toutes les personnes présentes rentrent avec sérieux, conscience et sacré dans cette proposition. D’autant plus que cette proposition arrive tôt dans nos stages pour dédramatiser ce moment et surtout permettre de créer l’unité du groupe qui va vivre et évoluer ensemble durant ces 4 jours et demi.

La beauté de nos imperfections

A ce moment précis, nous sommes tous semblables et magnifiques dans et avec nos imperfections. Et de voir l’autre tel qu’il est, et d’accepter de se montrer tel qu’on est, est un véritable cadeau. C’est voir au-delà du corps, un peu de la personne, avec nos yeux bienveillants. C’est un moment de contemplation d’une partie de nous. Les corps sont variés et tous beaux dans leur expression de souffrance, de vieillesse, de plénitude, de jeunesse, où d’esthétisme…

C’est une étape importante du stage, le début du chemin ou le travail de conscience et d’acceptation commence ou nous sommes, tous relié en êtres divins.

La nudité fait donc partie de ce processus de dépouillement ou il s’agit de nous révéler à nous même et à nous laisser accueillir par les autres tels que nous sommes.

Cette nudité fait partie de la vie, nous naissons nu, innocent et repartons dépouillés de tout dans la mort. Dans les stages de tantra, nous travaillons donc sur la simplicité du rapport à l’autre et dans l’authenticité de qui nous sommes, sur cette capacité à agir au regard de l’innocence de l’enfant.


Au-delà donc du rituel de nudité (voir la vidéo de Fanny, à ce propos) qui nous permet tous ensemble de rentrer dans la dimension sacrée du stage et de nous unir sans masque, sans fard, tels que nous sommes, nous pourrons aux grés des stages vous proposer d’autres structures pour devenir et faire amis avec votre corps pour sortir de tous nos jugements limitants et retrouver l’innocence de l’enfant.

D’autres structures, comme le massage, mettent aussi en jeu cette nudité ou pas. Pour nous, il nous paraît important que le masseur garde un sous-vêtement pour permettre la juste distance avec le massé. Nous ne sommes pas dans une relation de couple et c’est important de faire cette différence. Quant au massé, celui-ci est toujours invité à se respecter et peu ou non enlever ses sous-vêtements. Jamais on ne vous imposera de vous mettre en nudité, car la première règle que nous posons en début de stage est justement de vous respecter. Et c’est important pour cela que chacun aille à son propre rythme, sans se forcer, en s’écoutant. Le cadre est là pour vous aider dans ce sens, à traverser peut-être vos peurs, mais surtout pas à vous blesser. C’est un cadre bienveillant et c’est en posant des pas petit à petit, que vous allez vous ouvrir à vous-même, entrer dans une libération qui va vous donner plus de confiance et de joie dans votre vie.

Dernière chose, peut être la plus essentielle: toutes les propositions où il peut y avoir de la nudité, demande énormément de confiance et donc, d’être dans un espace encore plus respectueux.





Recent Posts

See All

Christine Goury : +33.(0)6.99.53.31.23 et Patrick Houpert : +33.(0)7.89.01.68.80

contact@tantracoeur.com

  • Icône social Instagram
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn Patrick Houpert/tantracoeur