Search
  • Tantracoeur

L’homme en chemin

Updated: May 2

Vivre auprès d'une femme est souvent assez déroutant pour un homme. D’autant plus depuis quelques années avec la libération de la parole des femmes et surtout les grandes avancées vers une réelle égalité Homme/Femme. Et c’est tant mieux!

Mais du coup, l’Homme ne sait plus trop où est sa place. Comment se comporter face à ces femmes de plus en plus dans leur puissance? Quels gestes avoir? Comment oser parler? Comment oser encore séduire? Mais au-delà de ces expressions extérieures du masculin, c’est pour l’Homme, un complet et profond changement intérieur auquel il doit faire face. Il lui faut découvrir, par lui-même, ce que personne ne lui a appris, en ayant en plus mis en place, au fil de sa vie, de plus ou moins bonnes habitudes et attitudes. Les humeurs des femmes changent au fil des saisons, de leur cycle et l’homme peut avoir parfois l'impression de vivre avec plusieurs femmes. Tantôt calme et sereine, légère et amoureuse, joueuse et coquine, séductrice et rassurante… mais il arrive aussi qu'elle devienne furieuse, bourrasque, sorcière, parfois même violente (dans son vocabulaire et plus rarement, dans ses gestes) et que ses cris et ses larmes emportent tout sur son passage. Tout et surtout l’homme en face d’elle. Dans ces cas-là j'ai, moi Patrick (mais je ne pense pas être le seul homme à avoir eu ce genre d’attitudes….), longtemps eu le réflexe (de survie) de prendre la fuite, de me mettre à l'abri et surtout, de me taire. Par peur que quoique je fasse, quoique je dise, je ne fasse qu'attiser la colère de la femme en face de moi. Or très souvent, la colère exprimée n’était pas liée seulement à ce qui venait de se passer, mais était pleine de toutes les rancœurs accumulées… Longtemps, je me suis senti dans l’impasse, l’incompréhension et la peur. Du coup, je fuyais davantage, je louvoyais, je refusais d’accepter ses remarques et le fossé s’agrandissait de jour en jour, de mois en mois. Et plus j’étais dans ma peur, plus elle sentait cette peur et plus elle entrait en furie de ma fuite, de mon non positionnement, et surtout du fait que face à elle je me comportais toujours comme un enfant pris en faute. C’est ce positionnement de l’homme-enfant qui exaspère les femmes. Bien sûr, au début de la rencontre, quand on est jeune surtout, l’homme-enfant et la femme “maman”, sont deux rôles qui conviennent bien aux deux, qui peuvent être même émouvant. Mais à la longue, chacun, inconsciemment s’enferme dans son rôle et cela devient insupportable, surtout pour la femme. En fait, l’homme-enfant s’enferme de plus en plus dans sa polarité féminine et la femme, par compensation, vit de plus en plus à partir de son masculin. Cette inversion des polarités est un écueil que quasiment tous, nous avons constaté dans nos vies ou autour de nous. Il est donc essentiel que chacun revienne “chez lui”, dans sa polarité, non pas en quittant l’autre mais en unifiant les deux polarités masculine et féminine que chacun porte en soi. Si en moi même, la paix s’installe harmonieusement entre mes deux polarités, alors je n’aurai plus à être en guerre incessante avec l’autre (compagne ou compagnon, parent, ami, enfant….) Après avoir fait un long travail sur moi même, je me suis aperçu ce qui était de ma responsabilité et non de la sienne. C’est ma façon de faire, ma réponse à ses questions, à ses remarques, ou plutôt mes non-réponses qui avaient parfois pour conséquences d'amplifier sa colère et même parfois d'en augmenter la fréquence. Malheureusement, cette évolution n’a pu se faire avec ma première femme, le passif étant trop lourd. Mais je peux lui être gré, au final de m’avoir permis de comprendre une chose essentielle. La femme peut tout entendre, absolument tout, sauf le mensonge. Une fois les choses posées, en transparence, en confiance, alors on peut chercher ensemble le meilleur chemin. Mais cette transparence, cette confiance et ce positionnement Masculin sont le préambule essentiel à une relation paisible et épanouie. La vie m’a donc permis de rencontrer Christine et, dès le début de cette nouvelle relation, j’ai pu mettre à profit ces prises de conscience et mon chemin personnel. Dès le début de notre relation, j'ai commencé à lui ouvrir mon cœur de plus en plus et à développer cette connexion dont elle avait si faim. J’ai osé être clair, être moi-même, j’ai fait le choix de tomber mes masques, mes attentes et mes peurs, J’ai osé ressentir et exprimer mes émotions. J’ai fait le choix de ne rien laisser sous le tapis…. Et du coup, je me suis mis à ressentir aussi ses émotions, ses vagues, à accueillir ses changements d’humeur (en prenant conscience que je ne suis pas responsable de toutes ses émotions), à "voir" parfois les tempêtes arriver, sans plus chercher à les fuir (bon, je ne dis pas que je n’ai plus peur, mais j’affronte et je me positionne, et c’est cela, je crois, être dans son masculin). Chaque fois, j’accepte que tout ce qui traverse Christine ne m’appartient pas forcément, que je ne suis pas responsable de tous ses ressentis, émotions, tristesses, colères… Pas plus qu’elle ne l’est des miennes. A chaque instant, mais surtout dans le couple, c’est à chacun d’être responsable de son bonheur. Mon équilibre, mon bonheur, ma joie, ne dépendent pas de l’autre. C’est une croyance qu’il nous faut abandonner, même si l’autre, de par sa présence, contribue à me rendre heureux.


C'est ce chemin que j'emprunte, après avoir passé 25 ans à fuir, à mentir, à éviter. Et je peux dire combien c'est bien plus doux, plus simple en fait d'accompagner et d'être debout. En fait, cela demande bien moins d'énergie, d'accompagner que de fuir. Alors, on a plus peur, alors on découvre encore plus d'amour pour celle qui est à nos côtés.

En fait, être un Homme est bien plus simple que tout ce que nous redoutons... bien plus simple que tout ce qu'on imagine. Mais le plus important, c'est la transparence, le dialogue, tout en ne se niant pas, ni l'un ni l'autre.

Trop souvent l'Homme préfère répondre à sa douce qui lui fait une demande: "ce que tu veux, ma chérie," ou "comme tu veux mon amour"... pensant lui faire plaisir ou par peur de la contrarier. En faisant cela, l’homme imagine qu’il n’en sera que plus aimé. Or la femme attend de nous d'être droit en face d'elle, et pas un petit garçon qui dit oui à tout de peur de se faire gronder!! La femme ne cherche pas un gentil garçon, elle cherche un HOMME….pour pouvoir, elle même, être pleinement FEMME.

Ne pas être d'accord avec elle ne la dérange pas. Elle attend juste que l'on soit à ses côtés, en toute chose, y compris, et surtout, avec notre différence. Et c'est à cette condition en effet, que la Femme peut alors être pleinement Femme.


Si la Femme est la porte du ciel. L'Homme en est la clé.

L'Homme ne peut passer sans ouvrir cette porte et la Femme ne peut s'ouvrir sans avoir trouvé cette clé. Alors, ensemble, dans cet équilibre retrouvé, ils pourront entrer dans une relation sacrée et aller à la rencontre du Divin.




263 views0 comments

Recent Posts

See All